Pilules de troisième génération : déremboursement dès le 31 mars 2013 !

Le remboursement de ces pilules serait stoppé le 30 septembre 2013, selon la prévision initiale du ministère de la Santé. Finalement, le déremboursement a été avancé pour le 31 mars prochain, face à la polémique sur la dangereuse réputation de ces pilules de troisième génération.

Pilules de troisième génération, déremboursement dès le 31 mars 2013 !Privilégier les pilules de deuxième génération

Le ministère des Affaires Sociales et de la santé a décidé de réduire de six mois la période transitoire, qui permet encore aux femmes d’utiliser ces pilules contraceptives de troisième génération. Ainsi, Marisol Touraine, ministre de la Santé, a demandé à l’Agence Nationale de la Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) à ce que ce soit la pilule de deuxième génération qui soit systématiquement privilégié, et que les pilules de troisième et de quatrième génération ne soient plus proposées en premier choix. La principale raison de ce choix est que « le risque de complications thrombo-emboliques veineuses (phlébites) est deux fois moins élevé que chez les femmes sous pilules de troisième et de quatrième génération ».

Des plaintes contre les pilules de troisième et de quatrième génération

La pilule de deuxième génération est la pilule la plus classique et est remboursée par la Sécurité Sociale. Elle contient les analogues des deux hormones de l’ovaire à des dosages variables. Elle est dite minidosée pour l’éthinyl-oestradiol, et contient un progestatif, le lévonorgestrel. Tandis que sont apparues plus tard les pilules contraceptives de troisième génération, qui ont pour objectif de réduire le dosage de l’éthinyl-oestradiol et d’utiliser de nouveaux progestatifs, notamment le gestodène et le désogestrel. Cette génération de pilule a créé la polémique, parce qu’en début de ce mois, 30 femmes s’estiment victimes de ces pilules de troisième génération, et porteront plainte contre les laboratoires fabricants. Avant elles, Marion Larat a accusé la pilule de troisième génération « Meliane », d’avoir provoqué son accident vasculaire cérébral en juin 2006…

Cette pilule serait utilisée à l’excès en France, selon l’ANSM, avec 1,5 millions à 2 millions de prescriptions dans toute la France. C’est notamment pour cette raison que le ministère a décidé d’avancer pour le 31 mars prochain la fin du remboursement de ces pilules de troisième génération.