1001Pharmacies : une leçon de levée de fonds

Lancé vers la fin 2012, le site Internet 1001Pharmacies est désormais devenu le leader de la pharmacie en ligne. Le site est basé sur un modèle marketplace, ce qui la permet de mettre en relation des pharmacies françaises avec les consommateurs, afin de garantir la qualité et la provenance des produits. Fort d’un réseau de plus de 500 pharmacies partenaires, 1001Pharmacies propose aujourd’hui 12 000 produits à la vente, et ambitionne de devenir la référence en matière de santé sur Internet.

Les deux fondateurs du site : Sabine Safi et Cédric O’Neill, témoignent de leur tour de table et de leur levée de fonds, tout en rappelant l’importance du business plan et du marketing dans le succès d’une opération financière…

1001Pharmacies, une leçon de levée de fondsLa levée de fonds de 1001Pharmacies

C’est en décembre 2012 que la législation a enfin permis la vente en ligne de médicaments en France. 1001Pharmacies était alors le seul acteur positionné sur ce nouveau marché, ce qui a permis au site de bénéficier de nombreuses retombées presses (Canal+, TF1…). La levée de fonds a ainsi pu être accélérée, auprès de Business Angels, avec lesquels les créateurs du site a déjà été en contact. En moins d’un mois, c’est-à-dire en janvier 2013, ils avaient investi, six mois après discussion. Et compte-tenu du marché et de la belle croissance sur l’année 2013, ils sont tout naturellement réinvestis en février 2014, au côté de BPI France.

Une opportunité et un risque

Selon les créateurs de 1001Pharmacies, les investisseurs ont très vite compris l’intérêt du « First Mover Advantage », c’est-à-dire se positionner rapidement sur un nouveau marché pour asseoir la notoriété du site, et écraser toute concurrence avant qu’elle ne se crée. Ce changement de législation était donc une possibilité pour des acteurs Internet d’adresser un nouveau marché jusque-là inexistant, et les investisseurs ont vite vu l’opportunité.

Le marché de la pharmacie en ligne est aujourd’hui un marché très réglementé. L’ouverture au marché de la pharmacie en ligne était perçue à la fois comme une opportunité et comme un risque pour les investisseurs.