1001Pharmacies défend les officines contre Leclerc

Avec la nouvelle directive du Conseil d’Etat, tous les médicaments sans ordonnance peuvent désormais être vendus en ligne. Ainsi, on compte plus de 10 000 produits de santé qui peuvent être commercialisés sur Internet, par des pharmaciens détenant une officine. Le commerce électronique de ces médicaments reste toutefois soumis à l’autorisation territoriale du directeur général de l’agence régionale de santé et à la création d’un site de vente en ligne de médicaments, par une officine de pharmacie.

1001Pharmacies défend les officines contre LeclercUn réseau de plus de 40 pharmacies

1001Pharmacies.com est une plateforme sécuritaire des Pharmacies françaises, qui permet aux pharmaciens d’entrer dans l’ère numérique, tout en leur laissant la maîtrise de leur travail. C’est actuellement un réseau de plus de 40 pharmacies partenaires, qui ont très bien compris que le commerce de médicaments sur Internet était complémentaire à la vente en magasin. Grâce à 1001Pharmacies.com, les Français peuvent continuer à être en relation avec leurs pharmacies, tout en achetant leurs médicaments en ligne. Ce réseau physique et ce commerce électronique de médicaments présentent de nombreux avantages aux patients. En effet, ils bénéficient de garanties, de livraison à domicile, de service rapide et disponible 24h/24, des conseils, …

La pharmacie n’est pas l’affaire des grandes surfaces

L’évolution de ce secteur de l’e-commerce dans le domaine des pharmacies n’a pas laissé indifférent l’homme d’affaires Michel-Edouard Leclerc. En effet, ce dernier tente depuis de nombreuses années de vendre des médicaments dans ses supermarchés. Après avoir échoué en 2011, M. Leclerc revient aujourd’hui avec l’objectif de vendre ses médicaments sur Internet… Ainsi, Cédric O’Neill, qui est pharmacien et co-fondateur de 1001Pharmacies s’indigne en se demandant « Mais quels professionnels ont les compétences pour assurer la santé des consommateurs Français ? » Il explique « que ce soit sur Internet ou en magasin, la pharmacie d’officine doit rester le monopole des pharmaciens et non des grandes surfaces de l’agro-alimentaire ». Ainsi, 1001Pharmacies continue de lutter pour défendre les intérêts des pharmaciens et des consommateurs, en imposant la première place de marché web, permettant aux pharmacies de vendre leurs produits de santé sur Internet.

Risque de contrefaçon

Sabine Safi, co-fondatrice et directrice générale de 1001Pharmacies rajoute « Lorsque nous voyons comment les grandes surfaces gèrent leurs lasagnes pur bœuf à la viande de cheval, comment ne pas émettre de sérieux toutes lorsqu’elles proposeront des médicaments ? On ne peut pas acheter des médicaments comme du ketchup ! ». En effet, la traçabilité des produits vendus en pharmacie est irréprochable, contrairement à ce qui se passe dans les grandes surfaces. Le circuit de distribution des médicaments à travers les pharmacies françaises est même l’un des meilleurs en Europe.

Ainsi, la vente de médicaments en grande distribution entraînerait surement des problèmes sérieux de contrefaçon de médicaments.